NOS DEFIS ET OBJECTIFS

NOS DEFIS ET OBJECTIFS

NOTRE ACTION

Dans son engagement, l’APADER se voit confronter à un faisceau de problèmes qui, selon elle, met sérieusement en question le développement durable et la paix sociale dans la région de l’Ouest Cameroun.

D’abord, force est de constater que la population arrive de moins en moins à se prendre suffisamment en charge sur le plan économique. Ceci est dû, entre autre, au faible rendement des activités agro-sylvo-pastorales sur une terre intensément utilisée et hautement dépendante de la production agricole ainsi que la dégradation conséquente de l’environnement. Dans une société où l’âge moyenne est de 18 ans, un deuxième facteur important de l’économie sont les perspectives qu’on donne aux jeunes. Jusque-là, l’évolution du marché de travail ne répond pas à la croissance démographique au Cameroun et plus précisément dans le Ndé. Les jeunes se retrouvent très souvent au chômage ou font de plus en plus recours à des métiers précaires.

À l’aggravation de la situation économique, se joigne deuxièmement un potentiel croissant de frustrations, de ressentiments et même d’agressivité sous-jacente au sein de la population. Ceci, certes, se nourrit en grande partie des dites inégalités et difficultés économiques du quotidien, mais il est aussi le reflet de clivages ethniques, politiques et religieux dans la société qui gagnent du terrain ces derniers temps-ci et qui acheminent une fragmentation dangéreuse. Au-delà, ce potentiel de frustrations est le résultat d’un manque de participation des populations dans les processus de décision publiques/étatiques qui déterminent leur vie au niveau local, régional et national.

Les deux grands champs de problèmes cités ci-dessus sont étroitement liés. S’ils ne sont pas des pré conditions réciproques en tant que tels, au moins l’un favorise l’autre: la pauvreté et l’insécurité économique augmentent la réceptivité des gens par rapport à des courants agressifs et extrémistes qui cherchent le bouc émissaire pour tout mal chez « l’autre ». Les clivages sociopolitiques qui acheminent le népotisme et le favoritisme ainsi que la non-participation des populations à des processus politiques de répartition de ressources dans leur environnement immédiat freinent nécessairement un développement économique durable. Particulièrement touchés par ces évolutions négatives sont les groupes sociaux qui ne trouvent jamais facilement audience pour défendre leurs intérêts: la population paysanne; les hommes et femmes se débrouillant dans le secteur informel des marchés; les femmes et les jeunes comme groupes sociaux auxquels la société accorde traditionnellement peu de marge pour exprimer leurs besoins.

Pour y mettre du sien à une amélioration de la situation économique et à une préservation de la paix sociale, l’APADER s’est définie une stratégie d’intervention qui s’inscrit dans la logique de s’engager de manière adentée sur les deux axes d’action.

La situation économique améliorée des populations du Ndé en particulier et des Hautes Terres de l’Ouest en général, surtout des groupes défavorisés, et leurs capacités d’agir renforcées dans le contexte de la décentralisation contribuent à la paix et au développement durable de la région de l’Ouest.

Sur un niveau plus pratique, l’APADER se focalise à l’atteinte des quatre objectifs spécifiques suivants:

  • La production et le rendement économique agro-sylvo-pastoraux des groupes cibles encadrés par l’APADER sont visiblement améliorés par leur utilisation systématique des méthodes productives et conservatrices adaptées dans leurs systèmes.

  • Les perspectives professionnelles et économiques des jeunes urbains et ruraux encadrés se sont visiblement améliorés par leur information détaillée sur les possibilités d’auto-emploi, leur recherche proactive et leur initiation à des métiers prometteurs.

  • Dans les milieux vécus par les groupes cibles de l’APADER, il y a un engagement citoyen palpable, soit par rapport aux actes d’incivisme, de corruption et de discrimination, soit par rapport à la représentation des intérêts citoyens au niveau communal.  
  • Dans les milieux vécus par les groupes cibles de l’APADER, il s’installe de plus en plus une culture de dialogue proactive qui brise les barrières ethniques, les clivages sociopolitiques et religieux en vue d’un « vivre ensemble » harmonieux dans la région.